Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Fiches de rendement


Année



Appendice B

Méthode utilisée par le Commissariat pour déterminer le classement des institutions

Une note globale est attribuée à chaque institution fédérale comme mesure de son rendement. Cette note, applicable à la période visée par le rapport, repose sur plusieurs facteurs. Comme point de départ, nous évaluons le respect des dispositions législatives, nommément si les demandes de communication ont été traitées selon les délais prévus par la Loi d’accès à l’information (pourcentage de présomptions de refus) et si les avis en vertu du paragraphe 9(2) ont bien été envoyés au Commissaire à l’information.

En outre, nous tenons compte des pratiques et processus mis en œuvre par l’institution qui ont eu un effet, positif ou négatif, sur la capacité de celle-ci à s’acquitter de ses obligations en vertu de la Loi. Parmi les pratiques et processus en question, nous avons examiné les délais de traitement moyen et les pratiques exemplaires. Les facteurs contextuels comme les fluctuations du volume de travail, ont également été pris en compte :

Overall Grade [FR?] Factors [FR?]
whole star whole star whole star whole star whole star

(Exceptionnel)

  • 5 % ou moins de présomptions de refus.
  • Dans le cas des présomptions de refus, nous examinerons le temps pris pour répondre aux demandeurs : en moins de 30 jours dans la plupart des cas.
  • Respect du paragraphe 9(2) (avis au Commissaire pour au moins 85 % des prorogations de plus de 30 jours).
  • Appréciation de l’utilisation globale des prorogations et du temps de traitement moyen : appropriée.
  • Ensemble exhaustif de bonnes pratiques en vigueur pour assurer le traitement des demandes de communication dans les délais (communication proactive, informelle ou partielle, ententes de collaboration, absence de classement des demandes ou de retards causés par le classement des demandes, accent sur le service aux demandeurs, etc.).
  • Autres éléments susceptibles d’avoir un effet sur la capacité de l’institution à se conformer à la Loi et mesures prises pour y remédier (par exemple, augmentation du volume de travail et volume élevé de demandes de consultation reçues).
whole star whole star whole star whole star empty star

Supérieur à la moyenne)

  • 10 % ou moins de présomptions de refus.
  • Dans le cas des présomptions de refus, nous examinerons le temps pris pour répondre aux demandeurs : en moins de 30 jours dans la plupart des cas.
  • Respect du paragraphe 9(2) (avis au Commissaire pour au moins 85 % des prorogations de plus de 30 jours).
  • Appréciation de l’utilisation globale des prorogations et du temps de traitement moyen : appropriée dans la plupart des cas.
  • Ensemble exhaustif de bonnes pratiques en vigueur pour assurer le traitement des demandes de communication dans les délais.
  • Autres éléments susceptibles d’avoir un effet sur la capacité de l’institution à se conformer à la Loi et mesures prises pour y remédier.
whole star whole star whole star empty star empty star

(Dans la moyenne)

  • 20% ou moins de présomptions de refus.
  • Dans le cas des présomptions de refus, nous examinerons le temps pris pour répondre aux demandeurs : en moins de 30 jours dans la plupart des cas.
  • Respect du paragraphe 9(2) (avis au Commissaire pour au moins 85 % des prorogations de plus de 30 jours).
  • Appréciation de l’utilisation globale des prorogations et du temps de traitement moyen : appropriée dans une certaine mesure.
  • Un certain nombre de bonnes pratiques en vigueur pour assurer le traitement des demandes de communication dans les délais.
  • Autres éléments susceptibles d’avoir un effet sur la capacité de l’institution à se conformer à la Loi et mesures prises pour y remédier.
whole star whole star empty star empty star empty star

(Sous la moyenne)

  • 20 % ou plus de présomptions de refus.
  • Dans le cas des présomptions de refus, nous examinerons le temps pris pour répondre aux demandeurs : plus de 30 jours dans la plupart des cas.
  • Respect du paragraphe 9(2) (moins de 85 %).
  • Préoccupations quant à l’utilisation globale des prorogations et du temps de traitement moyen.
  • Nombre limité de bonnes pratiques en vigueur pour assurer le traitement des demandes de communication dans les délais.
  • Autres éléments susceptibles d’avoir un effet sur la capacité de l’institution à se conformer à la Loi et mesures prises pour y remédier.
whole star empty star empty star empty star empty star

(Insatisfaisant)

  • 20 % ou plus de présomptions de refus.
  • Dans le cas des présomptions de refus, nous examinerons le temps pris pour répondre aux demandeurs : plus de 30 jours dans la plupart des cas.
  • Respect du paragraphe 9(2) (moins de 85 %).
  • Préoccupations quant à l’utilisation globale des prorogations et du temps de traitement moyen.
  • Pratiques insuffisantes pour assurer le traitement des demandes de communication dans les délais.
  • Autres éléments susceptibles d’avoir un effet sur la capacité de l’institution à se conformer à la Loi et mesures prises pour y remédier.

Méthode utilisée par le Commissariat pour calculer le taux de présomption de refus des institutions

Le taux de présomption de refus représente le pourcentage de demandes qu’une institution n’a pas réglée dans les délais prescrits (30 jours et prorogés) par la Loi sur l’accès à l’information. Il y quatre catégories de demandes en retard : les demandes en retard reportées de l’exercice précédent, les demandes réglées après 30 jours sans le recours à une prorogation, les demandes réglées après l’échéance de la prorogation et les demandes non réglées à la fin de l’exercice ayant dépassé leur date d’échéance. Le taux de présomption de refus est calculé en divisant le nombre total de demandes en retard par le nombre total de demandes en cours de l’exercice. Voici un exemple :

Demandes en retard reportées à l’exercice 2008–2009
47
Demandes réglées après 30 jours sans prorogation
18
Demandes réglés après l’expiration de la prorogation
24
Demandes en retard reportées à l’exercice 2009–2010
52
Total des demandes en retard
141
Demandes reportées à l’exercice 2008–2009
256
Nouvelles demandes en 2008–2009
1,259
Total des demandes en cours
1,515

Taux de présomption de refus : 141 ÷ 1515 = 0,093 x 100 = 9,3 %