Contenu archivé

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Précédent   Table des matières   Suivant

Message du commissaire

À la veille du 25e anniversaire de la Loi sur l'accès à l'information, l'accès à l'information suscite plus que jamais des discussions dans les médias, dans les couloirs du Parlement et de la fonction publique et même dans les salons. 
Voilà qui me réjouit à titre de commissaire à l'information. Il est essentiel que tous les Canadiens et toutes les Canadiennes reconnaissent qu'il est important de parler d'accès à l'information et de donner à la question une forte résonance.

 L'accès à l'information est un symbole de la démocratie qui nous est tous cher. Pendant ma première année au poste de commissaire à l'information, j'ai saisi toutes les occasions qui s'offraient à moi pour transmettre ce message.

La promotion d'une culture d'ouverture dans l'administration fédérale nécessite une approche faisant appel à toute la sphère d'influence qui s'offre à un ombudsman pour susciter des changements constructifs et accroître la transparence dans l'administration publique. Je prends mon rôle d'ombudsman au sérieux et je vois celui-ci comme la manifestation concrète de la fonction de commissaire à l'information. En particulier, je tiens à promouvoir vigoureusement l'obligation faite à toutes les institutions fédérales de prêter assistance par tous les moyens possibles aux particuliers et aux organisations qui leur demandent de l'information afin qu'ils l'obtiennent.

Au cours de la première année de mon mandat, j'ai commencé à engager le Commissariat dans une nouvelle direction, direction qui englobe une nouvelle approche à l'égard de nos activités et repose sur l'élaboration de politiques solides, de communications actives et d'un service aux clients de haut niveau.

Les problèmes que nous avons connus et qui justifient l'adoption de cette nouvelle direction étaient considérables. Le Commissariat à l'information a dû subir de profonds changements institutionnels afin d'aborder les faiblesses internes qui limitaient considérablement sa capacité à mener ses fonctions et assumer de nouvelles obligations découlant de la Loi fédérale sur la responsabilité. Les activités dont il est fait état dans le présent rapport annuel démontrent comment mes idées se sont concrétisées au cours de ma première année à ce poste.

Mes trois distingués prédécesseurs - Inger Hansen, John Grace et l'honorable John Reid - ont veillé à la mise en oeuvre de la Loi sur l'accès à l'information avec discernement, dévouement et professionnalisme. Le moment est venu, en ce 25e anniversaire, d'évaluer le bien-fondé de la Loi. Étant donné que certains des problèmes qu'ont connus ces commissaires persistent, il est important d'évaluer la façon dont les dispositions législatives ont évolué au fil des ans pour envisager l'avenir et un régime d'accès à l'information renforcé au Canada.

Je recommande la lecture du présent rapport annuel à quiconque veut savoir ce que le quatrième commissaire à l'information du Canada a fait à ce jour pour remplir son objectif le plus important, qui est de veiller à ce que le régime d'accès à l'information fonctionne au mieux des intérêts des Canadiens et des Canadiennes. Le rapport jette les bases de ce que j'envisage réaliser au cours de mon mandat.

Nous avons réalisé au cours de ma première année des progrès considérables pour renforcer notre capacité à offrir nos services. Je sais que, à mesure que nous continuons de développer les fonctions de base du Commissariat, je pourrai compter sur l'appui d'employés dévoués et assidus.


Précédent   Table des matières   Suivant