Notes d'allocution de Suzanne Legault, commissaire à l'information du Canada, lors de la cérémonie de remise des Prix Grace-Pépin de l'accès à l'information de 2015

Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones
Célébration des traditions vivantes
Le mercredi 25 mai 2016
30, rue Victoria, Gatineau (Québec)

Mot de bienvenue – commissaire Suzanne Legault
Au lauréat de 2015 du prix Grace-Pépin de l’accès à l’information.
Il s’agit de Ken Rubin et la Commission de vérité et de réconciliation (CVR) du Canada

Bienvenue à tous. Quelle magnifique introduction à la cérémonie d’aujourd’hui. Merci à l’ancienne Métisse Monique Renaud et aux joueurs de tambour autochtones pour la cérémonie de purification de ce matin.

C’est un grand honneur pour moi d’être ici dans le cadre de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones. Je tiens à remercier les organisateurs et nos hôtes du 30, rue Victoria, pour avoir planifié la série d’activités de cette année autour du thème « Célébration des traditions vivantes ».

Nous sommes ici aujourd’hui pour décerner le Prix Grace-Pépin de l’accès à l’information de 2015.

Établi en 2011 par tous les commissaires à l’information et protecteurs des employés au Canada, le prix Grace-Pépin vise à souligner la contribution remarquable de personnes ou de groupes dans le domaine de l’accès à l’information. Ce prix a été nommé en mémoire de John Grace, ancien commissaire à l’information, et de Marcel Pépin, président-fondateur de la Commission d’accès à l’information du Québec. Ces deux personnalités ont contribué de façon considérable à la promotion de l’accès à l’information au Canada. C’est en leur mémoire que, chaque année, mes collègues et moi honorons la contribution remarquable d’une personne ou d’un groupe dans le domaine de l’accès à l’information au pays.

Cette année, nous avons reçu un grand nombre d’excellentes candidatures. Il n’a pas été facile pour le comité de sélection de choisir un gagnant, car tous les nominés ont contribué de façon significative à la promotion du droit à l’information.

C’est donc avec fierté que je constate que la communauté de l’accès à l’information du Canada est dynamique et forte, et cette force se traduit dans le travail des lauréats de cette année.

Je souhaite remercier les membres du comité de sélection pour leur engagement, leur diligence et leur travail acharné. Il n’a pas été facile de passer en revue toutes les nominations de cette année. Voici les membres du comité de sélection :

  • Brian Beamish, commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario
  • Lise Millette, présidente de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec
  • Charlene Paquin, ombudsman du Manitoba
  • Teresa Scassa, chaire de recherche du Canada en droit de l’information à l’Université d’Ottawa
  • Catherine Tully, Commissariat à l’information et à la protection de la vie privée de la Nouvelle­Écosse

C’est donc un grand honneur pour moi et un privilège de remettre le Prix Grace-Pépin de l’accès à l’information 2015 à M. Ken Rubin ainsi qu’à la Commission de vérité et réconciliation du Canada

J’ai maintenant l’honneur et le privilège de remettre le Prix Grace-Pépin de l’accès à l’information 2015 à Ken Rubin et à la Commission de vérité et de réconciliation du Canada.

M. Ken Rubin est l’un des plus ardents défenseurs de l’accès à l’information au Canada. Au cours des dernières décennies, ses travaux dans le domaine de l’accès à l’information ont mis en lumière de nombreux enjeux d’importance pour les Canadiens. Commentateur reconnu concernant les pratiques en matière d’information au Canada, M. Rubin a déposé des milliers de demandes d’accès à l’information depuis l’entrée en vigueur de la loi. Il a mis au jour de nombreux dossiers d’intérêt public, notamment les dépenses inappropriées par des représentants du gouvernement, la participation du gouvernement dans l’arrestation et l’emprisonnement de Maher Arar, et l’appui du gouvernement concernant l’industrie de l’amiante.

M. Rubin a toujours fait preuve d’un engagement rigoureux envers les principes démocratiques que sont l’ouverture et la transparence au gouvernement.

Dans sa lettre de mise en candidature, l’Association canadienne des journalistes (ACJ) affirme que par ses efforts, M. Rubin :

« […] a non seulement démontré de façon louable et répétée son engagement concernant l’accès à l’information, mais également son engagement quant aux responsabilités de la citoyenneté canadienne. »

Le mandat de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada était de reconnaître les effets et les conséquences de ce qui s’est produit dans les pensionnats indiens. L’un des principaux objectifs de la CVR était de documenter l’histoire, l’objet, le fonctionnement et le modèle de supervision du système des pensionnats indiens, y compris ses effets sur la dignité humaine et l’héritage permanent qui en est resté.

Le 15 décembre 2015, la Commission de vérité et réconciliation du Canada a publié son rapport final sur la tragédie des pensionnats indiens au Canada. C’est grâce à la persévérance et la détermination de la Commission pour obtenir des données historiques, et de sa volonté de documenter l’histoire des survivants, qu’une porte s’est ouverte sur des discussions franches à propos d’un triste chapitre de l’histoire de notre nation.

Sans son travail de communication avec les collectivités et les survivants, de documentation de leurs récits et de lutte pour la publication des dossiers historiques, un héritage important aurait pu être perdu, et avec lui la possibilité d’une relation renouvelée avec les peuples autochtones fondée sur le respect mutuel et la compréhension.

Dans sa lettre de candidature de la Commission de vérité et de réconciliation, l’Association canadienne des bibliothèques a écrit ce qui suit : « Les travaux de la Commission pour appuyer la réconciliation est peut-être l’effort d’envergure nationale le plus important socialement dont nous avons été témoins depuis des dizaines d’années – pour nous tous qui vivons au Canada, que nos familles soient arrivées depuis quelques décennies ou soient ici depuis des siècles. »

Voici les membres de l’équipe de direction de la Commission de vérité et de réconciliation :

  • Le Sénateur Murray Sinclair
  • La docteure Marie Wilson
  • Le chef Wilton Littlechild. Malheureusement, le chef Littlechild n’a pas pu assister à la cérémonie d’aujourd’hui.

Pour conclure, je désire remercier chacun d’entre vous incluant Mike De Souza, Stéphanie Perrin et madame Debbie Rubin de vous être joint à moi ainsi qu’à nos gagnants. Mr. Ken Rubin et la Commission de vérité et réconciliation du Canada ont fait un travail extraordinaire pour faire avancer le gouvernement sur le plan de l’ouverture et de la transparence.

Veuillez vous joindre à moi pour féliciter M. Rubin ainsi que les membres de la Commission de vérité et de réconciliation. Leur engagement et leur passion ont contribué et continueront de contribuer à la recherche de la vérité.